Bienvenue
dans le monde de
Swarovski Optik

CACHE-CACHE


« JEUNE ENFANT DÉJÀ, J’AI TOUJOURS SU QUE JE TRAVAILLERAIS AVEC LA NATURE. J’ADORAIS LES POISSONS, LES ANIMAUX, LES FLEURS, LES BALEINES ET LES DINOSAURES. LORSQUE J’AI COMPRIS QUE LES OISEAUX ÉTAIENT FONDAMENTALEMENT L’ABOUTISSEMENT DE L’ÉVOLUTION DES DINOSAURES, JE ME SUIS PASSIONNÉ POUR L’ORNITHOLOGIE ET MA FASCINATION POUR LES OISEAUX N’A FAIT QUE CROÎTRE D’ANNÉE EN ANNÉE. » - Tormond Amundsen

Un autre aspect essentiel de mon expérience est le concept norvégien « bålkos » : l’art de profiter de l’instant. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un feu (« bål ») en pleine nature et d’un peu de temps et de confort pour en profiter. J’ai passé d’innombrables jours et nuits au contact de la nature, et j’ai souvent construit une structure temporaire pour m’abriter le temps d’une nuit. Créer des conditions de « bålkos » ultimes est devenu ma passion. Je ne saurais dire combien de fois je suis resté assis auprès d’un feu, à écouter hululer les chevêchettes et à regarder les mésangeais imitateurs visiter mon campement dans l’espoir d’y trouver une collation rapide.

Au début, j’ai cru que j’allais devenir biologiste, mais mon côté créatif l’a emporté. En quelques mots, quelques années plus tard, après avoir beaucoup voyagé et obtenu une maîtrise d’architecture, j’ai pris conscience que je devais devenir architecte ornithologue. Pendant mes études, j’ai rarement rencontré des architectes qui travaillaient avec la nature. J’avais l’impression que les architectes se cantonnaient aux domaines de la culture et de l’urbanisme, et que le mot écologie ne semblait jamais avoir sa place. Je me suis rendu compte que je pouvais associer ma passion pour les oiseaux et la nature avec le domaine de l’architecture. C’est l’évolution de cette pensée qui a mené à la création de Biotope : un cabinet d’architecture qui aspire à rapprocher les personnes et la nature.

Nous concevons nos affûts et abris en fonction des caractéristiques de l’emplacement, des lignes de vue et de la direction du vent. Nous équilibrons soigneusement le besoin de visibilité, afin d’attirer et de concentrer les activités humaines, les exigences pratiques des ornithologues et la sensibilité aux besoins des oiseaux. Les petites structures restent donc aussi simples que possible ; il s’agit généralement d’abris construits autour d’éléments d’assise basiques, protégé de la neige et du vent par deux, trois ou, très occasionnellement, quatre murs. Ils ne sont en aucun cas destinés à offrir un hébergement pour la nuit. L’architecture est un outil pour protéger et promouvoir les oiseaux, la faune et la nature. Après tout, les gens protègent et préservent ce qu’ils apprennent à apprécier. Mon travail est de réunir les gens et la nature.

BÅLKOS


L’abri installé dans notre ville de Vardø est l’ultime hommage au concept « bålkos » ; il contient deux niches qui permettent d’y trouver refuge, quelle que soit la direction du vent et des éléments climatiques. Mais au-delà de ça, il est ouvert et permet ainsi de rester en contact avec le monde autour de soi ; il abrite sans séparer. Un feu de camp est également naturellement indispensable pour vivre pleinement l’expérience « bålkos ». Vardø se trouve plus loin au nord que Barrow Point, en Alaska, et plus loin à l’est qu’Istanbul. Les conditions sont souvent rigoureuses, même en été, quand cet endroit est prisé des locaux, qui viennent apprécier la vue et profiter d’un beau feu de camp. Cependant, c’est en hiver qu’il révèle tout son attrait pour les ornithologues ; des vols de milliers d’eiders de Steller et d’hareldes kakawis se rassemblent alors dans le fjord Varanger, sans oublier les plus de 14 000 eiders à tête grise et 17 000 eiders à duvet qui ont été comptabilisés ici. C’est un spectacle vraiment incroyable !

VADSØ UN ABRI SUR LE BRISE-LAMES


Lors de la conception d’un abri pour le port de Vadsø, nous avons opté pour le béton, le matériau dominant dans cet environnement. Pendant les tempêtes hivernales qui font rage à Varanger, la position extrême de l’affût dressé sur le brise-lames signifie qu’il est parfois frappé par de fortes vagues. La structure de base de l’affût est conçue pour résister aux puissantes tempêtes hivernales et à des vagues potentiellement violentes. Les lignes dures et les angles saillants s’inspirent du design industriel et fonctionnel des bâtiments portuaires, auxquels ils ajoutent un trait de beauté. Les grandes fenêtres et les alcôves munies de bancs invitent les ornithologues à s’abriter pour distinguer les goélands des étranges goélands bourgmestres ou d’espèces encore plus spéciales.

LE SPECTACLE


L’abri dressé sur la falaise de Kongsfjord est érigé au sommet d’un rocher situé à l’extrémité nord de la péninsule de Varanger, et offre des vues spectaculaires sur la mer de Barents. Les lignes angulaires et dures du bois sombre reflètent la rudesse des majestueuses falaises qui surplombent la mer. La grande fenêtre panoramique en verre reflète le ciel et le paysage, tout en offrant une protection appréciable contre les vents et les neiges de l’Arctique. La plupart des refuges conçus par Biotope dans la région arctique de la Norvège sont ouverts, mais la nature extrême de cet emplacement a imposé de fermer entièrement l’abri pour permettre aux ornithologues transis par le froid de rester à l’abri du gel tout en observant les oiseaux marins. Le bois à l’intérieur de l’affût est d’une couleur plus claire et plus riche, et contribue ainsi à créer une ambiance chaleureuse. Cette photo a été prise au début du mois de décembre, lorsqu’il n’y a pratiquement aucune lumière du jour et que les températures glaciales font de cet affût d’ornithologie un endroit très accueillant. Cette nuit-là, les aurores boréales m’ont offert un spectacle dont je me souviendrai toujours. Je me suis senti privilégié d’être un architecte et de travailler dans des conditions extrêmes, mais également fantastiques.

L’ORNITHOLOGIE


L’abri dressé au nord de Vardø est l’affût d’ornithologie que j’utilise le plus souvent. Si vous regardez vers le nord, vous ne verrez rien d’autre que l’eau jusqu’à la banquise de l’Arctique. C’est ici que j’emmène ma longue-vue d’observation SWAROVSKI OPTIK pour passer des heures à contempler la mer. À l’abri des vents de l’Arctique, je peux profiter de superbes vues sur les canards de mer, les nombreuses espèces de goélands et la falaise de Hornøya, située à bonne distance d’observation, qui permet aux possesseurs de longues-vues d’identifier les guillemots de Brünnich et de nombreuses autres espèces d’oiseaux marins. C’est mon endroit préféré pour l’observation des oiseaux arctiques.

Haut de page